ACCUEIL                 OBJECTIFS                 FORMULES                 TEMOIGNAGES               PHOTOS                 FUNAMBULTEAM                CONTACT
        PHOTOS TOUS DROITS RÉSERVÉS 
GUILLAUME K. (Ostéopathe) …   Il   faut   se   représenter   un   fil   attaché   à   notre   tête   et   qui   nous   tire   sans   cesse   vers   le   haut.   Le   bassin   doit   être   projeté   vers   l'avant   et   le   regard   orienté   au   loin.   On ne doit pas regarder ses pieds, c'est le pied qui trouve le fil. Les mains doivent rester vivantes et en action jusqu'au bout des doigts. La fixité des mains ou des doigts étant le révélateur d'un début de fixité mentale provoquée par l'appréhension . De   même,   une   autre   recommandation   porte   sur    la   respiration.    On   doit   veiller   à   respirer   tranquillement   mais   sans   jamais   s'arrêter.   Denis   nous   fait   même chanter sur le fil. Il dit que si l'appréhension survient, la note produite et les sons graves vont changer cet état. … Denis insiste souvent sur le fait que chaque pas, chaque geste doit être entièrement contrôlé, assuré… À   mon   grand   étonnement,   la   marche   avec   le   balancier   vers   l'avant   ou   en   marche   arrière   est   relativement   aisée.    Cette   aisance   constatée   par   chacun,   le fil fut monté à un mètre cinquante puis à la demande générale jusqu'à trois mètres… … Comme chacun s'y attendait, l'aisance obtenue à 80 cm du sol, persistante à un mètre cinquante, s'effritait sans pitié à l'approche du sommet… …   J'ai   constaté   une   euphorie   exactement   semblable   à   celle   éprouvée   lors   du   saut   en   parachute.    Le   désir   d'y   retourner   séance   tenante,   n'était   tenu   en échec, que par l'obligation de respecter le tour de chacun… …   Revenons   au   fil.   La   relation   faite   ici   a   pour   motif   l'étonnante   congruence   des   propos   de   Denis   avec   ceux   tenus   par   les   enseignants   d'aïkido.   Denis   dit   que   le fil   est   notre   miroir.    Quand   le   fil   bouge,   quand   le   fil   vibre   et   nous   éjecte,   ce   n'est   pas   le   fil   :   c'est   nous-mêmes.   Lorsque   l'altitude   nous   perturbe,   ce   n'est   pas l'altitude,   c'est   notre   peur   que   nous   rencontrons .   Si   l'on   tient   en   équilibre   sur   le   fil   à   80   cm,   et   que   l'on   n'y   tient   plus   à   six   mètres,   c'est   que   notre   aptitude   à   y tenir est perturbée par notre peur. La   difficulté   que   la   situation   installe   n'est   pas   une   difficulté   d'ordre   motrice,   mais   uniquement   d'ordre   émotionnel.   Denis   dit   encore,   " s'il   y   a   une difficulté,   il   ne   faut   pas   s'y   opposer ,   il   faut   faire   avec,   il   faut   l'accepter,   il   faut   la   prendre,   s’en   faire   une   alliée ".   S'il   y   a   un   obstacle   il   faut   lui   retirer   son   statut d'obstacle.   Il   faut   chercher   son   centre   en   soi-même   et   non   sur   des   repères   extérieurs,   dès   que   l’attention   est   attirée   par   un   problème,   les   actes   se   mettent   à converger   sur   ce   problème.   Il   suffit   donc   d'envisager   l'obstacle   comme   une   composante   à   égalité   de   la   situation,   pour   que   nos   aptitudes   à   le   traiter   ne   soient plus entravées par l'appréhension. BRICE M. J'attendais   de   ce   "stage",   une   découverte   du   funambulisme,   du   défi   de   la   hauteur.   Je   suis   content,   j'ai   eu   ce   que   j'attendais.   J'ai   grandi   durant   ces   quelques jours.    Pour   moi,   le   funambule   est   une   catharsis   qui   te   libère   des   tensions   que   tu   t’es   infligées.   A   la   fois,   ça   te   provoque,   te   bouscule   mais   aussi   te   rassure, t'hypnotise,   te   libère.   Quand   j'ai   dû   faire   la   descente,   je   n'ai   pas   voulu   me   tourner.   Je   voulais   affronter   mes   peurs.   Pour   moi,   parfois   c'était   un   combat   entre   moi et   le   vide.   Qui   va   gagner?   Si   je   ne   fais   pas   cette   descente   je   déclare   forfait.   Quand   tu   es   là-haut   tu   es   obligé   de   faire   tomber   les   barrières.   Tu   es   comme   nu, tu es face a la vie, alors tu ne plaisantes pas avec cela ! J'ai beaucoup aimé le fait de se remplir de pensées positives. "je veux, je peux". C est une véritable construction de soi de faire du funambulisme. J'ai   tendance   à   douter   et   a   être   indécis.   Avec   le   funambulisme,   tu   n'a   pas   le   droit   de   douter   ni   d'être   indécis.   Le   travail   en   hauteur   et   ta   philosophie   du funambulisme   m'a   fait   grandir   et   va   me   servir   pour   mon   travail   et   dans   ma   vie   de   tous   les   jours.   Je   suis   content   d'avoir   découvert   cet   art,   qui   est   pour   moi plus un art de vivre. Cela va devenir pour moi une aide dans la vie, et dans mon activité professionnelle. HÉLÈNE L. (Chargée de communication) Héé Plic et Ploc Avec 2 jours de recul, je suis d’attaque pour t’exprimer mes sentiments par rapport à cette magnifique expérience. Assez paradoxalement, deux sensations totalement opposées se sont côtoyées tout au long de la formation : le plaisir intense et la PEUR ! Le   plaisir,   je   l’ai   ressenti   à   maintes   reprises   :   du   haut   du   fil   mais   également   à   zéro   mètre   d’altitude,    lors   de   nos   discussions   en   fin   de   parcours   (les   pieds   bien scotchés sur la pelouse). Tu as été très généreux dans tes paroles, dans la transmission de ton art et je t’en remercie ! Comme   tu   l’as   justement   évoqué,   ce   qu’il   me   manque,   c’est   une   certaine   confiance   en   moi. Tes   mots   ("Je   veux   et   je   peux",   …)   m’ont   littéralement   hypnotisée   du haut   de   mon   câble   et   permis   de   relever   les   défis.   J’y   ai   consacré   toute   mon   énergie,   il   était   important   pour   moi   de   ne   pas   me   décevoir   et   d’effectuer   la   traversée finale à 6 m de haut. Je   t’avoue,   j’ai   ressenti   cette   traversée   comme   un   énorme   moment   de   douleur.   J’aurais   certainement   pu   me   dégonfler   en   faisant   l’impasse…   Mais   ce   n’est   pas dans mon caractère, j’aime aller au bout des choses ! Là-haut,   je   me   suis   sentie   très   mal   :   l’incertitude,   le   vide,   la   hauteur,   mes   jambes   tremblotantes,   les   mains   moites,   …   n'en   sont   que   quelques   facteurs…   Je   me suis   conditionnée   pour   y   parvenir.   J’ai   laissé   de   coté   ma   conscience   rationnelle   pour   pouvoir   affronter   toutes   ces   peurs.   Mais   les   vibrations   de   ta   voix   et   tes mots   m’ont   portée   et   permis   de   réaliser   la   prouesse   !    Le   plus   difficile   fut   de   repartir   dans   l’autre   sens…   J’étais   à   2   doigts   de   renoncer   !   Mais   merci   de m’avoir encouragée. Voilà je dresse un bilan chamboulant et totalement positif à la fois… En   tant   que   débutante,   ton   enseignement   m’a   convaincue,   j’applaudis   !   Merci   pour   ton   empathie,   j’aime   la   connexion,   que   tu   noues   avec   l’étudiant,   à croire qu’il y a un petit neurone nommé "Denis" qui se promène dans notre cerveau. LAURENCE T.-V. (Québécois) Un   énorme   merci,   pour   cette   merveilleuse   découverte   et   toute   l'attention   et   l'investissement   que   tu   nous   as   donné   durant   ces   quelques   jours   vraiment intenses   et   hauts   en   couleur.!!!   Merci   de   m'avoir   ouvert   une   porte,   pour   votre   générosité   et   votre   accueil   chaleureux   dans   un   site   enchanteur   qui   fusionne avec   les   fils   rayonnants   de   toute   leur   splendeur.   Cette   expérience   /   immersion   dans   le   monde   du   funambulisme,   ton   monde,   fût   d'une   grande   ouverture.   Ça   fait bouger   les   émotions,    réfléchir   sur   la   paix   intérieure.   J'en   ressors   avec   une   plus   grande   confiance   en   moi,    au   niveau   de   ma   pratique   et   une   plus   grande force intérieure et personnelle. Ce voyage et ce premier pas à des hauteurs encore inexplorées ont été très formateurs. MERCI !!! DIXIE C. de N. (Avocate) Merci pour ces moments de fortes émotions... j'ai vraiment passé un super moment sur le fil. ERIC D. (informaticien) …Suite   au   stage   de   début   septembre   et   à   tes   conseils…   dans   ma   vie   au   quotidien   tout   me   paraît   plus   facile,   je   chantonne,   je   pense   à   être   tendu   "comme   le   fil", pas plus pas moins. Je   parviens   maintenant   à   traverser   sur   le   fil   avec   les   balanciers   plus   légers   ce   qui   était   pour   moi   impensable,   le   tout   en   m'amusant   un   peu   des   déséquilibres   que je   rencontre,   au   lieu   de   me   tendre   pour   tenter   de   "tout   remettre   en   place".   Je   te   remercie   pour   ta   capacité   à   exprimer   les   ressentis   à   rechercher   de   manière aussi limpide, c'est vraiment très utile et encourageant. SOPHIE M. (DRH) Je   souhaitais   te   remercier   pour   ton   implication   si   entière   dans   notre   formation…   La   confiance   que   tu   as   placée   en   moi   m'a   permis   d'en   finir   avec   de mauvais souvenirs. Merci !!